30/10/2012

L'historique du Souvenir Français

Colonel Antoine Guerrero.jpg

 

souvenir français

Colonel Antoine Guerrero délégué général du Souvenir Français des Pyrennées Orientales

( Photo provenance 50ème congré)
images (1).jpg

 

L'Avenir

"Je suis né pour te connaître, pour te chanter liberté". Paul ELUARD

Plus le temps passe, plus le Souvenir risque de s'estomper : "On nous oubliera, le temps inexorable fera son œuvre, les soldats mourront une seconde fois" a écrit Roland Dorgeles.

Il ne doit pas en être ainsi, le Souvenir Français se devra d'être gardien de leur mémoire.

Les anciens combattants qui ont tant donné à notre pays disparaîtront, mais le Souvenir de leurs associations dont chacune traduit une page de notre histoire nationale doit demeurer vivant :

- volonté de sauver l'honneur, de "Flandre Dunkerque",
- refus de la défaite, des "résistants du 11 novembre 1940",
- sursaut patriotique des "Français libres",
- courage et volonté des Résistants et des Déportés,souvenir français
- fierté retrouvée avec l'épopée de la 2ème division blindée,
- volonté d'un peuple pour retrouver sa liberté avec "RHIN et DANUBE",
- service de la République en Indochine et en Algérie...

Gardien de cette mémoire, le Souvenir Français devra tout autant être le garant de la transmission des valeurs léguées par ceux dont les noms sont inscrits sur les monuments de nos villes et de nos villages :

- soldats de l'an II et grenadiers de l'Empire qui voulurent porter l'idéal de liberté hors de nos frontières,
- combattants de 1870, animés par la volonté de maintenir l'intégrité du sol national,
- "mobiles" de 1871, qui furent les premiers résistants,
- innombrables combattants qui au cours de ce XXe siècle tragique laissèrent leur vie pour défendre le droit et "une certaine idée de la France", soldats obstinés et héroïques de 1914, "combattants de l'honneur" de 1940, résistants au courage admirable et dont certaines figures se détachent pour l'éternité : Jean Moulin, d'Estienne d'Orves, Guy Moquet, Berthie Albrecht et tant d'autres, déportés pour leur fidélité à la Patrie, combattants des guerres de décolonisation qui obéirent avec détermination aux ordres de la République, soldats d'Outre mer enfin, nord-africains, africains, malgaches, indochinois qui toujours furent fidèles à la France.

"Mère, tels que nous sommes, nous voici pour te servir" a écrit le général de Gaulle.

Aussi, lorsque le soldat tombé sur cette terre de France ou à l'étranger pour l'honneur du drapeau et de la liberté demandera : "Qu'as-tu fait de ma mort ?" Avec le Souvenir Français, il sera alors possible de répondre : "J'ai entretenu ta tombe comme celle de tes frères connus ou inconnus, français, indochinois, ou africains morts pour la France et le monument sur lequel ton nom est gravé. Mais aussi et surtout, je me suis efforcé de transmettre l'héritage de valeurs que tu m'avais légué, don de soi pour défendre le droit et sauver les droits de l'homme, volonté de servir en toutes circonstances les valeurs de la République marquées dans sa devise nationale : Liberté, Egalité, Fraternité."

Pour atteindre cet objectif, le Souvenir Français aura toujours besoin du concours désintéressé de tous ceux qui accepteront de rejoindre ses rangs, quelles que soient leurs opinions politiques, religieuses ou philosophiques.

Les commentaires sont fermés.