21/05/2012

Nettoyage de la grotte de Montou fait de main de maître, par des hommes et des femmes

http://saintfeliudavall.blogs.lindependant.com/media/01/00/2491244604.jpghttp://saintfeliudavall.blogs.lindependant.com/media/01/00/3841117033.jpghttp://saintfeliudavall.blogs.lindependant.com/media/01/00/3659351280.jpeghttp://saintfeliudavall.blogs.lindependant.com/media/01/01/3828976743.jpgDepuis 2005, l’association spéléologique Géode, basée à Saint-Féliu d’Avall s’occupe de la gestion de la grotte de Montou sur les communes de Corbère-les-Cabanes et Camélas.

L’association s’est attelée à une meilleure connaissance du réseau souterrain du massif de Montou en effectuant une topographie minutieuse et précise. Les galeries et autres petits boyaux totalisent à ce jour presque 2400 mètres de développement, qui se répartissent sur une superficie d’un terrain de football et 60 mètres de hauteur. Les travaux d’explorations se poursuivent en divers endroits de la cavité, ainsi qu’une étude des inscriptions pariétales. En effet de nombreux visiteurs – indélicats pourrait-on dire - ont laissé leurs noms sur les murs de la grotte, il y a parfois plus de 200 ans.

Mine de plomb, torchis ou inscriptions à la sanguine, les signatures sont nombreuses et parfois instructives. La plus vieille date repérée est de 1660 ! Trois campagnes de relevés photographiques ont contribué à enrichir cet inventaire pariétal. Dans le même temps,  plusieurs sorties ont été nécessaires pour nettoyer des séries de tags de bombes ou peintures  contemporaines, totalement dégradantes pour la cavité. En 2007, une importante dépollution avait permis de nettoyer les abords de la grotte de Montou en enlevant les "vestiges" (matelas, canisses, bidon, poubelles…) du chantier de fouilles mené par Françoise Claustres entre 1985 et 1995. De même, l’aven Saint-Férréol, situé près du cimetière de la commune de Corbère-les-Cabanes, avait été entièrement nettoyé des vestiges de l’expérience « écologique » ayant eu lieu sur la montagne de Montou dans les années 70.

Il subsistait le problème de la palissade en bois, installée à une trentaine de mètres de l’entrée de la grotte de Montou. Ce panneau prévenait d’un effondrement possible des talus de terre
sur le secteur archéologique fouillé. Or, depuis plusieurs années, le bois était attaqué par le mérule, un champignon responsable principalement de la dégradation des boiseries, visible parfois dans les maisons ou les caves. Après avoir alerté le Service Régional de l'Archéologie, l’association Géode a été
missionné officiellement en mai dernier par l’État, pour assurer les travaux de nettoyage du site in-situ et procéder à l’extraction de la palissade. Faute de crédits financiers de l’État, cette opération a été assurée bénévolement par
l’association Géode.

Le samedi 28 mai, la palissade en bois de plusieurs mètres carrés a été évacué intégralement de la cavité par les membres de Géode. Un nettoyage manuel a permis de finaliser la mise au propre du site et la repose partielle du carroyage. Le dimanche 6 mai, une équipe de Géode a été épaulé par Mme Charlotte Merliac de la commune de Corbère-les-Cabanes / Conseil général des P.O et Monsieur Perrière de l'ASP2C (Association de
Sauvegarde et de Protection du Patrimoine des 2 Corbère), pour l’évacuation totale des gravats grâce à un camion benne. La grotte a ainsi retrouvé en grande partie sa propreté d’antan.


Les conférences sur les grottes de Montou et Bélesta.


Les extérieurs du site, à présent nettoyés, ont pu recevoir la visite d’un groupe de 50 personnes lors de la conférence et excursion conduite par Henri Salvayre, le samedi 12 mai, intitulée « Les héritages hydrogéologiques et archéologiques dans le massif de Montou ». Cette visite commentée de l'extérieur de la montagne, avec une lecture du paysage, faisait suite à la conférence matinale très instructive de Valérie Porra-Kuteni, archéologue préhistorienne au Pôle Archéologique Départemental « Les hommes dans la grotte de Montou, depuis des milliers d'années ».

Le public a été conquit par les présentations exhaustives des spécialistes. Et chacun attend avec impatience la publication des résultats complets des travaux de recherches de Françoise Claustres, effectués lors des campagnes de fouilles entre 1985 et 1995. Mais pour cela, il faudra patienter encore jusqu’en 2014.


La prochaine conférence aura lieu le samedi 30 Juin sur le site de Bélesta-la-Frontière, au château musée et sur la grotte sépulcrale éponyme. Les mêmes intervenants apporteront toutes leurs connaissances sur ces différents sites de la préhistoire roussillonnaise, avec le concours de Tarek Kuteni, directeur du musée de Bélesta. Le déroulement de la journée se fera sur le même principe, c’est-à-dire une conférence le matin aux Archives départementales, puis une visite des sites l’après-midi, après un transfert en bus. La journée est entièrement gratuite, mais sur réservation
(pour le bus). Prévoir le repas tiré du sac (T. 04 68 85 84 00 / Email :
archives@cg66.fr)

 

Textes et photos : Christophe Levillain

Les commentaires sont fermés.